La réunion du 30/11 en mairie s’est bien passée et, au final, le bon sens l’a emporté.

Le maire, en préliminaire, a rappelé les 3 raisons qui l’avaient conduit à interrompre l’expérimentation :
1. suite au blocage total de Val Fleury l’impossibilité d’intervention des pompiers et de la police,
2. la concorde civile n’était plus établie (menaces, exaspération, propos déplacés,….)
3. les transports en commun n’étaient plus en mesure de fonctionner.

Nous avons, avec plusieurs autres participants, souligné le défaut de la communication et la méthodologie sur ce projet (pas de concertation préalable, timing très serré, etc.) qui ont donné, à beaucoup, l’impression de chercher à favoriser un quartier plutôt qu’un autre.

La mairie et GPSO ont, au final, fait un mea culpa, en reconnaissant n’avoir pas pris conscience des implications de la fermeture de la rue de la Belgique…. que d’ailleurs le bureau d’études n’avaient pas étudiées, se focalisant sur le périmètre direct de l’expérimentation.

Nous avons eu communication du rapport post expérimentation. Il se trouve ci-dessous.
Les membres du collectif Val Belgique ont exprimé leur point de vue, certains étant d’accord pour dire que seule une solution globale est envisageable, d’autres restant plus axés sur la problématique micro-locale.

Dans l’immédiat, GPSO va faire en sorte que les camions du chantier Arnaudet ne montent plus par la rue de la Belgique et reste en contact avec le département pour traiter au mieux les conséquences de la fermeture du pont de Sèvres vers la RD1, suite au travaux du grand Paris début 2018.

Au final, le maire a clairement affirmé que l’expérimentation à l’identique ne serait pas pérennisée et qu’il fallait travailler sur une solution globale incluant notamment le problème de la circulation à Val Fleury et qui traite du trafic de transit. Dans ce but, il initiera des contacts avec Clamart et Issy pour réfléchir aux aménagements communs à mettre en œuvre.
Il a assuré qu’il fallait trouver une (autre) solution pour le problème de la circulation Vignes/Belgique. Le dossier n’est pas enterré, un calendrier reste à définir.
Dans ce cadre il est d’accord pour associer les participants à des réunions de travail pour chercher ensemble des solutions. A charge pour le bureau d’études de les analyser et de les simuler, toujours avec une vision d’ensemble.
Nous avons souscrit à cette démarche qui rejoint en effet ce que nous avions proposé.

Souhaitons que le bon esprit qui a animé cette réunion se poursuive pour donner des résultats concrets, équitables et partagés.

Télécharger l’étude de circulation

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *